Lettre de sétifiens à Napoléon III

De Documentation-PN.org
Aller à : navigation, rechercher
Camera-icon.png
Les photos/documents présentés ici sont issus de dépôts volontaires par nos visiteurs. Si vous pouvez les identifier (Date, lieu exact, origine, etc ...) plus complètement, n'hésitez pas à le préciser. Dans le cas de photos de petites tailles, si vous avez des exemplaires à des tailles supérieures, elles sont les bienvenues. Si vous pouvez compléter les descriptions des documents, ça marche aussi !
Si vous les utilisez, merci d'en indiquer la source !


Réclamation
Transcription de la lettre (ci contre) :


Les habitants des villages construits autour de Sétif par la Compagnie Genevoise ont l’honneur d’exposer respectueusement à Votre Majesté l’Empereur que la crise qui sévit depuis un ou deux ans dans les environs de Sétif les a plongés dans la plus grande détresse et dans le plus profond découragement qu’il leur est impossible de remplir les obligations qu’ils ont contractées envers la Compagnie et que n’ayant aucune perspective de se faire un sort équivalent à celui qu’ils ont abandonné ou qu’ils pourraient se préserver en Europe, ils n’ont d’autre alternative que celle ou d’obtenir de Votre Majesté un appui qui les sauve ou de renoncer à profiter du fruit de plusieurs années de travail. Les soussignés espèrent que votre Majesté ne les abandonnera pas dans cette cruelle position. Quelles que soient les facilités que la Compagnie leur a accordées jusqu’à présent et la bienveillance qu’elle voudrait témoigner dans l’avenir, les Colons qui sont débiteurs envers elle, et qui n’ont pu s’acquitter craignent qu’un jour la Compagnie ne soit conduite à les exproprier. C’est cette terrible nécessité que les Colons voudraient prévenir en s’adressant à Votre Majesté et en la suppliant de traiter avec la Compagnie Genevoise pour les intéresser, celle-ci et pour obtenir qu’elle renonce aux créances qu’elle a sur les villages construits par elle, en libérant ainsi tous les travailleurs agricoles de Sétif d’une dette qui les écrase et les réduit au plus complet découragement. Une combinaison facilitée par l’Etat assurerait ainsi l’avenir de la colonisation à Sétif et la prospérité du pays. La Compagnie, elle-même qui a de bien plus grandes ressources que nous s’est vue forcée à continuer ses travaux et nous ne pouvons guère espérer que la crise actuelle diminue avant que la Compagnie se trouve en nature de les reprendre. Daignez agréer Sire l’assurance du profond respect avec lequel nous avons l’honneur d’être, de Votre Majesté les très humbles et très obéissants sujets. Les habitants des villages suisses des environs de Sétif.

Signatures